Histoire - Patrimoine

PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules
Vous êtes ici :

Eglise de Mauran en 3D

Si vous voulez visualiser l'église de Mauran en 3D, alors cliquez sur le lien suivant: https://sketchfab.com/models/5f7fb57a4520404499a81a30f80c753a

Cette réalisation est signée Drone Airtech, entreprise spécialisée dans les prises de vues aériennes, basée à Mauran.

Histoire - Patrimoine

Histoire de Mauran

Les coteaux situés en amont du village, à l’Ouest, portent le témoignage d’une faune paléolithique et d’une occupation humaine préhistorique. La commune de Mauran a livré un important site moustérien de plein air s'étendant sur près d'un hectare (secteur Esquerra). Il était spécialisé dans l'abattage et le traitement de bisons, dont les restes correspondent à plusieurs milliers d'individus.

Le cimetière de Saint Martin a été édifié sur un ancien site de l’antiquité Gallo Romaine.

La période du moyen âge, quand à elle, a laissé comme vestiges l’église de Saint Martin, aujourd’hui en ruine à l’intérieur du cimetière, ainsi que le château féodal des Montpezat qui domine le village au sud-est.

Mauran fit partie du diocèse ecclésiastique de Rieux du moyen âge à 1790. Le diocèse fut créé par le pape Jean XXII le 11 juillet 1317 et fut dissout en 1790, au lendemain de la révolution française. Il est à noter que le  27 Septembre 1722, Le Sieur Jean Louis d’Anceau, conseillé au parlement de Toulouse, devint acquéreur des Domaines du roi à Mauran. Il logeait « en un château vieux avec sa cour ». Situé aujourd’hui : 15 rue du Vieux Château.

Origines du nom du village

Mauran doit, très probablement, son nom au mot latin (morare) faire halte. En effet, la largeur et le faible courant du fleuve à cet endroit, présentaient un abordage facile pour la navigation ; les plus anciens se rappellent que les nombreux radeaux qui descendaient le fleuve, faisaient tous relâche à Mauran. De là a pu venir son nom à cette localité.

Autre hypothèse, Mauran aurait gardé ce nom à cause des dévastations que durent y causer les Maures d’Espagne, quand ils vinrent attaquer Augonia (actuellement Martres). Le hameau d’Esquerra (en face de St Vidian) se trouve à cent mètres environ de la fontaine où le célèbre Vidian vint laver ses blessures, après avoir combattu valeureusement les Maures, ainsi que le raconte la légende.

Activité commerciale

En 1831 la commune de Mauran a connu son maximum de population à savoir :455  habitants.

La commune participait pleinement à la vie fluviale : c’était sur ses quais qu’étaient embarquées les pierres des Petites Pyrénées et le bois de chauffage à destination de Toulouse.

Jusqu’en 1875 la navigation sur la Garonne se faisait sur une grande échelle : un nombre considérable de radeaux faisant le service de Montréjeau à Toulouse, emportant donc les bois de chauffage et de construction, de la chaux, du plâtre et des pierres de taille. Ces radeaux faisaient relâche à Mauran, endroit d’un abordage facile.

Mauran possédait également un moulin en bord de Garonne (au pied du pont actuel), un autre moulin était également en activité au hameau d’Esquerra. Une usine de foulage se tenait sur une île, également pas très loin de l’emplacement du pont actuel. Les caprices du fleuve viendront à bout des ces activités.

Mauran accueille également des artisans prospères : les radeliers, au hameau d’Esquerra et les carriers de Belbèze, anoblis par Louis XV au XVIIIème siècle, au hameau de Mélère. Par ailleurs au XIXème siècle, Mauran abrite un petit centre de faïenciers utilisant les argiles bigarrées du Garumnien et les sables de la métairie de Turre, ils ne sont plus aujourd’hui.

La commune de Mauran a connu plusieurs hameaux : la Gourgue – Esquerra – Lasbordes - Mélère – Poueges. Aujourd’hui seuls les trois premiers restent habités. La paroisse de Cautz située du côté de Poueges fut supprimée par la révolution.

Les vielles pierres de Mauran

Vestiges de l’Église Saint Martin : XIIIème  et XVème siècles

L’église en ruine de Saint Martin construite au XIIIème siècle est de style roman. Elle comprend une abside en cul de four et un porche gothique, redressé au XVème siècle. Une petite nécropole paléochrétienne est visible sur la partie haute, où subsiste des débris de cuve et de toits de sarcophage en calcaire. Saint Martin, surnommé « l’apôtre des Gaulles », est le populaire des saints au Moyen Âge.

Porche de l’église Saint Martin

Le porche roman à l’origine, est rebâti dans un style gothique au XVème siècle. Son arc en tiers-point est orné de tores et de cavets, de chapiteaux feuillagés en volutes et est surmonté d’un chrisme roman en remploi. Le chrisme est le monogramme du Christ. Il est formé des deux lettres  khi et khô qui commencent le mot de khristos. Ce monogramme est, comme souvent, encadré de deux médaillons contenant l’alpha et l’oméga, la première et la dernière lettre de l’alphabet grec, métaphore du Christ qui est le commencement et la fin de  tout. Les signes du Soleil et de la Lune, symboles de la crucifixion sont également présents.

Cuve baptismale

Cette cuve du XIIIème siècle est conservée dans son nouveau sanctuaire qui est l’église de Mauran, au cœur du village. Elle provient de l’ancienne église romane de Saint-Martin. De forme décagonale, reposant sur un pied à colonnettes, elle est ornée d’un décor très symbolique, de style gothique, mêlant dragons, fleurons, étoiles, fleurs de lis, chrisme et frise végétale ondulée.

Vestiges du château féodal des Montpezat : XIVème siècle

Le château féodal, perché sur une éminence, participait à la surveillance de la Garonne du haut de sa tour. C’est là que sont nés entre le XVIème et XVIIème siècle, deux évêques ayant illustré l’église gallicane, les frères Montpezat de Carbon, évêque de Saint-Papoul (Aude), puis archevêque de Bourges, s’est rendu célèbre dans l’affaire de la régale, lorsque, en 1673 et en 1682, Louis XIV décida de percevoir les revenus des évêchés français vacants, ce qui amena d’importants conflits avec l’autorité pontificale. Son frère lui succède ensuite à Saint-Papoul, avant d’être nommé archevêque de Toulouse de 1675 à 1687.

Oratoire d’Esquerra: XIXème siècle

Cet oratoire est consacré à la vierge. Détruit pendant la révolution, il a été rebâti de façon sommaire. Le Quartier d’Esquerra était autrefois habité par les radeliers ou fabricants de radeaux de Mauran. C’est là qu’avant les départs sur la Garonne les gens venaient prier la Vierge et rechercher sa protection. L’Oratoire, surmonté d’une croix, formait également la station la plus éloignée de l’église sur le chemin de procession des rogations.

Propriété privée du Château de Mauran: Second Empire

Ce château, construit par les fondateurs d’une grande compagnie d’assurances du second Empire, témoigne de l’essor économique et industriel qui bouleverse la région au XIXème siècle.

Croix de Picarou : Restaurée en 1952

Cette croix a été restaurée et sculptée en 1952 par Monsieur Corrège Jean Baptiste (1911 – 2006), ancien Maire. Elle est située à une altitude de 365 mètres au carrefour du chemin de Salazar et de la route du Picon. Placée sur un piédestal en pierre de taille, elle est sculptée sur une face du Christ en croix et sur l’autre du Christ en majesté. Un chrisme est gravé dans la niche.

__________________________________________________________________________

Bibliographie :

Monographie (18 juin 1886) de l’instituteur de Mauran, Monsieur Géraud

Le Patrimoine des Communes de Haute-Garonne – Midi-Pyrénées – FLOHIC Éditions.